vendredi 28 août 2015

Non, Tantra ne rime pas avec sexe !




Contrairement à l'idée reçue, véhiculée par les "praticiens" de tout acabit, le massage tantrique n'est pas forcément sexuel. Tout comme Tantra n'est pas synonyme de sexe, n'en déplaisent aux tenants du new-age moderne et à ceux cherchant à donner des allures "spirituelles" à leurs pulsions sexuelles mal assumées.

Petit retour aux bases :

Le Tantra, ou plutôt les tantras, désigne un
 ensemble de recueils, de grimoires et de textes initiatiques et magiques, il s'agit donc d'un chemin multiple d'apprentissage exotérique et surtout ésotérique. Bref, une voie... mais de quoi me direz-vous? Celle de l'éveil spirituel au sens noble du terme, qui ne nie pas plus l'esprit que le corps mais célèbre l'union des deux pour atteindre cette fameuse quête de transcendance.

Mais encore, le Tantra c'est l'union des polarités. Et c'est là que le bobo de base va penser "oooh, l'union des polarités? Donc de l'homme et de la femme ? Le sexe quoi !". D'où les dérives contre lesquelles je me bats bec et ongles.


Les polarités, ce n'est pas qu'une question de sexe. Non. Ooooh, ben zut alors! Hé oui, le sexe (au sens physique et charnel) n'est en réalité qu'une infiiiime partie du domaine. Et encore, on parle de sexualité sacrée, pas de parties de jambes en l'air... Les polarités, c'est avant tout une question d'énergie, de cycles, de lois universelles!

Alors, bien entendu que les polarités se matérialisent physiquement dans l'homme et la femme, mais également en chaque existence individuelle, quelque soit son sexe ou sa nature. Bref, tout ce qui est a une polarité féminine (magnétique) et masculine (électrique).

Un exemple tout con et à la portée de tous? Une pile, tout simplement. Qui ne fonctionne qu'en raison de l'interaction entre son pôle positif (masculin, électrique) et son pôle négatif (féminin, magnétique). 

Vous voyez à présent où je veux en venir avec l'union de polarités, principe fondamental du Tantra, et sine qua none pour un réel épanouissement de l'être?

Et pour finir, à la question "faut-il être indien ou hindouiste pour pratiquer le Tantra?", je vous répondrai par une autre question : faut-il être d'une obédience religieuse pour travailler au développement de soi, de sa conscience et de sa puissance personnelle? Evidemment non! Etudier et mettre en pratiques les textes tantriques ne signifie pas forcément être hindouiste, pas plus qu'il faille l'être pour prendre le chemin de l'évolution, qui est universel. Ne confondons pas spiritualité et bigoterie ou superstition, par pitié!


Il se trouve que l'orient est moins puritain que l'occident, ou l'idée de l'union est forcément un pêché si on n'en cause pas dans le noir et à l'abri des oreilles indiscrètes. Encore que, même en parler relevait, naguère, de la diablerie. Naguère, ou encore à l'heure actuelle...

Bref, En orient, et en Inde (ancienne surtout), on reconnaissait l'union comme un acte sacré. Donc évidemment également dans l'union physique et sexuelle. Il existait des rituels complexes et des prêtres(ses) dédiés aux cultes de la sensualité (l'éveil des sens, et pas que physiques) visant l'éveil de la conscience.

Mais ceci existe également dans d'autres régions du monde, l'art de la sensualité et de l'amour, comme de la sexualité sacrée, est quelque chose d'universel. Ceci-dit, le terme "Tantra" est le plus connu et accepté, d'où le fait que je l'utilise, en dehors du fait que j'adhère particulièrement à divers principes/disciplines tantriques et yogiques (tout aussi universels, soi-dit en passant).


Le Tantra, c'est pour ainsi dire le culte de l'Amour, au sens de Connaissance, de Puissance et de Vie. C'est l'art de la sensualité (et donc également de la sexualité) sacrée au service de notre épanouissement et évolution, la stimulation de l'énergie de vie (dont l'énergie sexuelle est un aspect) afin de révéler notre puissance personnelle et susciter notre conscience! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire