samedi 20 février 2016

L'éveil du vampyre : mise en pratique




Après vous avoir présenté Lilith, et expliqué le notion de vampyre personnel (par ici), passons à la pratique!

Le rite de Lilith


Le but premier de la pratique du vampyrisme est de nous faire prendre conscience et ressentir l'échange énergétique continu entre soi et son environnement, humain ou non, et l'influence de celui-ci sur nous. Ensuite, par l'intermédiaire d'un entraînement assidu et persévérant, nous apprendre à, d'une part, gérer notre force vitale personnelle, et d'autre part, à absorber consciemment et efficacement celle présente dans notre environnement, à nouveau humain ou non.

Il n’est pas question ici de voler les forces de qui que ce soit, de nuire à autrui par désir de domination, mais avant tout de prendre la maîtrise de soi, d'une part en acceptant ses propres faiblesses, de les reconnaître pour ce qu’elles sont (des outils d’évolution) et d'apprendre à les gérer (repolarisation), d’autre part en agissant (tant sur le plan mental, émotionnel et pulsionnel) en être libre, et non assujetti à un ego chaotique (angoisses, sensiblerie débordante, pulsions imaîtrisées…).

Le rite de Lilith va faire émerger en nous certaines idées, émotions et pulsions « vampyriques », telles qu'avidité, sensualité exacerbée, attrait pour le macabre etc. Il est donc essentiel que le pratiquant prenne conscience, qu'il lui faudra faire face à son obscurité, mais s'y assujettir. Pour y parvenir, il devra faire preuve d’une grande humilité vis-à-vis de lui-même : celui qui pense que ces forces qui l'habitent, éveillées, stimulées et poussées à l'extrême par la pratique, n’auront aucune influence sur lui et ne mettront pas à rude épreuve sa volonté de les maîtriser sera le premier à en être victime !

Ce rite s’étend sur minimum un mois, à travers quatre rituels de type méditatifs, invocatoires ou évocatoires (selon le but recherché et le niveau occulte des pratiquants): un premier à la lune noire, un deuxième à la lune croissante, un troisième à la pleine lune et un quatrième à la lune décroissante.

Ce article n’ayant pas pour vocation d’apporter une quelconque « guidance par internet », ce qui serait d’ailleurs totalement dépourvu de bon sens, mais de donner un exemple concret de pratique sorcière de type vampyrique, je ne donnerai pas ici le détail de la procédure rituélistique. A chacun d’établir celle qui lui correspond le mieux en regard des Lois Occultes, et surtout en faisant preuve de conscience et de sagacité : soyez responsables de vos actes !


Lilith et les 4 phases lunaires


Lilith en Lune Noire

Le premier rituel prend place à la Lune Noire (nouvelle lune). Lilith est ici complètement voilée, et il faut percer l’obscurité pour pouvoir l’atteindre. Si l’obscurité entre en analogie avec cette lune invisible dans le ciel sombre, il s’agit surtout de celle de notre esprit, de notre cœur, de notre être toute entier en somme, qui tente tant bien que mal d’occulter ce qu’il craint, tout ce qui en lui l’effraye, voire le répugne.

L’objectif de la pratique est donc de prendre conscience du voile jeté, sciemment ou non, sur notre moi profond et sauvage… libre des contraintes matérialistes qui sont les parures de la « victime ». Un voile que l'on a jeté sur un inconnu qui nous effraye, cette part d'ombre qui nous habite et contribue pourtant à faire de nous ce que nous sommes, et ce dans l'espoir vain de ne pas s'y perdre. Car admettre que l'excuse infantile « je suis comme ça, ce n'est pas ma faute » et sa jumelle « c'est plus fort que moi, je n'y peux rien » ne sont rien, puis puiser en soi volonté, courage et détermination, ce n'est pas chose aisée...

Si ce « voile » a également pour fonction de protéger celui qui n’est pas prêt à se confronter à lui-même, il ne doit pas être prétexte à stagnation. Pour passer à l’étape supérieure dans son évolution personnelle, encore davantage en matière de Sorcellerie, il est indispensable de déchirer le voile, percer la brume, certes progressivement et avec persévérance, mais surtout volontairement et en pleine conscience.

Lilith en Lune Croissante

Le deuxième rituel prend place à la Lune Croissante. Comme son nom l’indique, cette phase lunaire est propice à tout ce qui concerne la croissance, et donc entre autres la progressive « révélation » du vampyre en nous et son immense potentiel.

L'objectif sera de visualiser et ressentir le plus clairement possible notre vampyre personnel, qui prendre une apparence différente selon notre personnalité profonde : plutôt sensuel, plutôt vorace, plutôt macabre... ou un peu de chaque. Sachant que de multiples aspects seront progressivement mis en lumière, selon la nature de chacun, les tendances particulières de l’individu, l’évolution personnelle…

Il faudra prendre soin de s’observer, durant la pratique mais surtout dans les jours qui suivront, car si la Lune Noire a permis de prendre conscience du « voile » recouvrant cette dernière, la Lune Croissante le fait se lever chaque jour un peu plus…

Le vampyrisme, à l’instar des autres arts goétiques et assimilés, c'est-à-dire utilisant la puissances des pulsions, émotions et sentiments exacerbés, et ici particulièrement tout ce qui touche à l’avidité (sexuel, macabre, désir de possession et de domination, etc), éveille souvent des forces que l’on ne soupçonne pas en soi, où plutôt que l’on tente d’occulter savamment par un rationalisme matérialiste. Et gare aux pratiquants chaotiques, ce dernier ne les protégera pas de la folie qui guette l'expérimentateur inconscient !

Lilith en Pleine Lune

Le troisième rituel prend place à la Pleine Lune. Ici le rayonnement attractif de Lilith est à son apogée, et elle se révèle pleinement au pratiquant sincère et assidu.

Notre vampyre intérieur est sorti de sa torpeur, et tente de reprendre petit à petit sa place dans notre esprit, notre coeur et notre corps. Pour parvenir à l'intégrer pleinement, cet éveil doit se faire dans l’équilibre, c’est-à-dire non pas exempt d’intensité, mais dans la recherche ardue de la maîtrise du chaos de notre monde intérieur (mental, émotionnel et pulsionnel), sans quoi il serait vain d’espérer avoir un quelconque ascendant sur le chaos du monde extérieur…

Gardez toujours à l'esprit que perdre pied, volontairement ou non, revient à prendre l’état de victime (de soi-même et des forces environnantes) plutôt que celui de prédateur (de soi-même et des forces environnantes) !

La puissance de l’avidité vampyrique s’intensifie, et permet de connaître une plénitude sur tous les plans : « gonflement » de la force vitale, extension de conscience permettant d’accroître connaissances et capacités occultes, réel ascendant sur le désir et l’énergie sexuelle, avant tout en soi, etc.

Lilith en Lune Décroissante

Le quatrième et dernier rituel prend place à la Lune Décroissante. C’est le moment tout indiqué, en magie lunaire, pour pratiquer les bannissements. Dans le rite vampyrique de Lilith, il s’agit de bannir ce qui fait de nous une victime permanente. En effet, la plupart des êtres humains se complaisent dans le rôle de victime (le fameux « c'est plus fort que moi »), même si cela ne les rend évidemment pas heureux (cherchez l'erreur...), ou s'y trouvent empêtrés à force de procrastination.

Il est donc évident que l’éveil du vampyre en soi implique introspection et humilité, qualités indispensables pour se confronter avec succès à ses faiblesses (pulsionnelles, émotionnelles et mentales), les réveiller et les extirper de nos abysses personnelles sans plier devant elles (ce rituel est, des quatre, souvent un des plus douloureux, sur tous les plans), et enfin les transformer en forces. Ne dit-on pas « avoir les qualités (forces) de ses défauts (faiblesses), et les défauts de ses qualités » ?



Alors, prêts à planter vos crocs ? ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire