dimanche 3 janvier 2016

De l'art de tracer les runes


Photo sous copyright - tous droits réservés

C'est vrai que je ne parle pas souvent de runes, je ne suis même pas certaine d'en avoir déjà causé sur le blog... Donc comblons ce manque!

Ceux qui me connaissent bien, ou depuis longtemps, savent qu'en sus de la Sexualité Sacré (Kama-Tantra) et de la Spagyrie, je suis spécialisée dans le domaine du Runelore. Bien que je ne sois affiliée à aucune religion tel qu'on l'entend le plus souvent, ni ne collectionne les croyances, si je devais prendre une « coloration », sans nulle doute qu'elle viendrait du Nord...

Ce qui va suivre est une réponse que j'ai donné, il y a des bien une dizaine d'années de cela, sur un forum, suite aux questions en ce sens. Comme elle m'a été reposée récemment, je reprends la publication en question (avec quelques précisions supplémentaires) et la partage ici avec tous.

Le support


Contrairement à ce que certains pensent, les Runes ne sont pas des cartes, des rondelles de bois, des pierres précieuses ou des galets. Ces matériaux ne sont que des supports venant accueillir la représentation idéographique de notions, de concepts sacrés relatifs aux grandes lois occultes, naturelles et universelles, selon la tradition nordique.


En Sorcellerie, il est essentiel de comprendre que ce n’est pas l’outil qui fait le sorcier (le mage, le chamane, le tantrika, le spagyriste... peut importe le nom qu'on lui donne), mais bien ce dernier, qui, par son travail assidu, lui donne un pouvoir. Au sorcier donc de savoir se relier aux Runes, autrement dit à la Nature dans le sens large du terme, afin de réaliser un outil occulte puissant lorsqu’il entreprend de les apposer sur un support quelconque (qui ne doit pas forcément être matériel, soit dit en passant).

S'il on préférera utiliser un support d’origine naturelle pour la confection d’un « jeu runique », un sorcier expérimenté pourra tout aussi efficacement les graver ou les peindre sur une surface quelconque, qu’il s’agisse de tôle ondulée ou de plastique ! N’oublions d’ailleurs jamais que tout ce qui existe est issu de la nature, d’une manière ou d’une autre, même si parfois cela en semble éloigné…

Les pigments


Il en est de même lorsque l’on utilise un pigment pour colorer les runes. Certains puristes vous diront que seul le sang doit être utilisé. Mais savent-ils au moins pourquoi ? Parce que le sang est un puissant condensateur naturel de force vitale, au même titre que le sperme. Et surtout, savent-ils l'utiliser ? Parce que peindre les runes avec du sang, c'est très bien, mais cela ne sert strictement à rien si l'on n'est pas à même de le récolter dans un esprit et avec une solide maîtrise énergétique.

Ce qui me fait penser aux prétendus tantrika qui vous interdisent, sans autre explication qui tienne la route, l'éjaculation sous prétexte de perte énergétique, sachant que vous n'avez probablement aucun, ou presque, entraînement yogique (et que donc, avec ou sans éjaculation, il y aura de toute manière perte énergétique, ce sera d'ailleurs même pire avec une rétention aussi désespérée que constipée). D'ailleurs, eux non plus, pour la plupart... Entre le savoir découlant de la pratique persévérante et assidue et la « connaissance » accumulée au fil de lectures, il y a un monde! Mais je m'éloigne du sujet...

La force vitale ne se trouve pas que chez l'homme (ou l'animal), mais en toute forme de vie (ce qui est plutôt logique, n'est ce pas?). Sachant cela, pourquoi ne pas utiliser, en guise de condensateur, du sang végétal, comme la sève d’un arbre, la substance laiteuse que l’on trouve dans la tige de certaines fleurs ?

En outre, le sorcier expérimenté, grâce à sa maîtrise des énergies occultes, est tout à fait en mesure de fabriquer de toute pièce un condensateur fluidique aux mêmes vertus, fait de plantes ou d’extraits minéraux (vous savez, la spagyrie?). Il ne lui restera ensuite plus qu'à le mêler aux pigments qu’il aura choisi…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire