mercredi 16 avril 2014

Les modes alimentaires - Partie 2 : l'alimentation consciente


Prise de conscience et remerciement, un acte tout simple pourtant souvent oublié...


Donc non, comme dit précédemment, je ne suis pas végétarienne.  Est-ce que cela signifie que je n’ai que faire du génocide animal ?  Que nenni, bien au contraire, il m’écorche autant que vous, et peut-être même plus que certains, de par ma nature sorcière.

Alors pourquoi est-ce que je ne bannis pas la viande de mon alimentation (sachant que j'en consomme déjà peu), ne fut-ce qu’en signe de protestation ? Car boycotter un nutriment pour ce motif devrait me pousser à ne plus manger ceux d’origine végétale non plus, étant donné que le massacre de ce règne insupporte tout autant la spagyriste que je suis. Et ne plus boire quoi que ce soit non plus vu que tout liquide l’est en raison de la présence d’eau. Parce que oui, ce que l’on fait de l’eau, est ce tolérable ?  La manière dont on la pollue, de quelle façon on use et abuse d’elle, vous adhérez ?  Moi, non !

Bref, seule option restante : se laisser mourir.  Démarche intéressante et constructive en regard d’une recherche de développement personnel et de maîtrise de son destin, en d’autres termes, de sa vie, n’est-ce pas ?

Il n’y a donc pas de mode alimentaire autre que celui qui nous convient à nous (physiologiquement, moralement, psychiquement, spirituellement...), indépendamment de ce que les autres font, pensent et disent, pourvu que l’on s’en tienne à son éthique personnelle et cherchons sans relâche à développer sa conscience (de soi et de ce et ceux qui nous entourent), au sens large du terme. En outre, certains points de mon alimentation (entre autre) correspondent à mon chemin occulte, mais ceci n’est pas le sujet de cet article…

Venons-en donc à l’alimentation consciente !

Cela commence par l’écoute des besoins de son organisme.  Si on a du mal au début à les percevoir par soi-même, on peut demander à son médecin traitant une analyse de fond, qui nous mettra sur la piste : ma tension est-elle trop basse ou trop haute, suis-je en déficience de telle vitamine ou tel oligo-élément, suis-je particulièrement sensible à l’acidité, ai-je des intolérances alimentaires, etc. Ceci permettra d’avoir une meilleure idée sur les aliments à privilégier et éviter.

Avec le temps, à force d’introspection et d’observation, on améliore la connaissance de son corps et on se rend plus à même de l’alimenter sainement, faisant la part entre les besoins réels et les caprices de gourmandise (ce qui ne signifie pas que l’on ne puisse plus se faire plaisir !).

Ça, c’est pour l’aspect disons « santé organique ».  A présent, voyons l’aspect, non moins important, de l’éthique (toujours personnelle, notre éthique se forgera sur nos valeurs, notre perception du monde et la place que l’on veut prendre dans celui-ci, vis-à-vis de nous-même et de notre environnement).

Nous faisons partie intégrante de la Nature, de l’écosystème de notre planète. La Terre (en tant que planète et en tant qu’extension matérielle de la Nature), est une mère pour chaque être vivant qu’elle porte et qu’elle nourrit (ce qui est notre cas, est-il vraiment utile de le préciser ?). Ainsi, l’on peut dire que tous, quel que soit le règne (minéral, végétal, animal, hominal), nous sommes liés par un lien que l’on pourrait qualifier de fraternel.

En partant de ce postulat, on considère, et particulièrement en Sorcellerie, que nous pouvons tous (encore une fois, quel que soit le règne) apprendre les uns des autres.  De là, il tombe sous le sens que l’on fasse preuve d’écoute, de respect et de reconnaissance envers ce qui nous entoure (autant qu’envers nous-même, car n’oublions pas que nous sommes, à l’échelle microcosmique, un univers à part entière, reflet de celui dont nous faisons partie intégrante).

L’alimentation consciente est, en définitive, quelque chose de très simple à mettre en pratique (je n’ai pas dit facile, mais simple !), étant donné qu’il s’agit d’un état d’esprit (à se forger, d’où la difficulté, car cela demande assiduité, efforts, sacrifices, humilité, courage…) dont découleront les actes appropriés.

Modus Operandi ?  

Lorsque vous préparez votre repas (oui, ça commence déjà à ce niveau, voire même avant pour les plus impliqués), prenez conscience de la provenance des aliments que vous manipulez, et rendez hommage à cette vie qui est sacrifiée pour la vôtre. Soyez reconnaissant et donnez-lui tout ce qu’il y a de meilleur en vous.

Lorsque vous mangerez, gardez ce même état d’esprit : votre repas est sacré, il est un cadeau de la Nature (sacrifice signifie « acte de rendre sacré », on pourrait donc le traduire par « don sacré ») célébrant votre vie, et vous intégrez par ce rituel à part entière une loi universelle qui est celle du cycle vie/mort et de renaissance perpétuelle, sine qua none de toute évolution.

Ceci ne pourra que développer davantage votre empathie, et de ce fait, votre connaissance (de vous, de votre environnement, des lois universelles régissant notre monde et tout ce qui existe), votre sagesse, bref, votre Conscience avec un C majuscule.

Pour ceux n’étant pas sur une voie à tendance occulte ou spirituelle, et trouvant que tout ceci est bien compliqué, voire « borderline », sachez que l’alimentation consciente vous sera salutaire quoi qu’il en soit : être impliqué pleinement dans ce que vous êtes en train de faire (en l’occurrence, ici, manger) focalisera votre esprit, et de fait vos fonctions organiques, ce qui permettra une meilleure et plus grande absorption des nutriments propres à couvrir vos besoins énergétiques.

Alors oui, si vous le pouvez, privilégiez le saisonnier, le local et le bio.  Ceci-dit, je suis bien placée pour savoir que ce n’est pas forcément à la portée de toutes les bourses, surtout pour le bio, voire même le local, aussi absurde que cela puisse paraître... Sachez donc que la nourriture issue d’une production plus que douteuse (à éviter autant que faire ce peut, au moins pour des raisons de santé - la vôtre! - et d'écologie - si vous ne vous souciez aucunement de notre belle planète, j'imagine que vous ne liriez pas mes articles) peut également être un support d’alimentation consciente, et je dirais même que celle-ci doit l’être encore plus intensément en raison de la provenance de ce qui se trouvera dans votre assiette!


Je vous souhaite bon appétit, et bonne pratique !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire