samedi 3 novembre 2012

Sorcellerie vs Survie?


Quelques gestes que nous devrions tous apprendre

Vous avez été plusieurs à me demander le rapport entre Sorcellerie et « survie », que pour ma part je nomme Autonomie. Il est vrai que ce qui tombe sous le sens pour moi ne coule pas forcément de source lorsque l’on ne pratique pas soi-même la Sorcellerie ! Alors voici déjà quelques éléments de réponse…

Souvenez-vous de l’étymologie du mot « sorcier » que je vous donnais précédemment : dérivant du latin « sortarius », il désigne le jeteur de sorts, autrement dit, celui qui soumet (1) à sa volonté son destin, le sien mais également celui de son environnement, humain ou non. On pourrait tout autant l’appeler « maître du et des destins », sachant que la maîtrise est quelque chose qui doit se travailler perpétuellement pour exister, et que l’on ne cesse jamais d’apprendre…

Pour agir sur soi, car c’est toujours par là que tout débute, il faut commencer par apprendre à se connaître, ce qui sous-entend s’introspecter en profondeur et se remettre en question. L’enseignement qui en ressort est ensuite à utiliser pour s’améliorer, développer ses potentialités, grandir la maîtrise sur ses pulsions, émotions et pensées (plutôt qu’en être le jouet), en d’autres termes, évoluer (2) !

Nous vivons dans un monde de matière, et quoi de plus censé que d’apprendre à utiliser tout ce qui s’y rapporte (3) au mieux, afin d’en faire des outils (d’évolution, au sens large du terme) vraiment efficaces ? A ce niveau, le Sorcier n’est pas en reste, il cherchera systématiquement à développer ses compétences, surtout celles relevant de l’Autonomie. En effet, être maitre de son destin signifie pouvoir compter sur soi-même plutôt que de dépendre d’autrui !

Ce qui vient d’être dit ne signifie pas que celui qui développe son Autonomie (4) ait la prétention de croire qu’il pourra se suffire à lui-même pour évoluer réellement dans un monde où l’échange et l’entraide sont indispensables à la vie (il suffit d’observer la nature pour s’en rendre compte). Bien au contraire, en stimulant sa lucidité et son sens des responsabilités, il se rend capable d’être un meilleur soutien pour lui-même et les autres, mais également d’être dans un réel partage avec son prochain, et de donc s’enrichir intérieurement davantage (oui, je ne m’adresse pas ici à ceux dont le seul intérêt est de se remplir les poches, ce type d’évolution là n’en est pas une...).

C’est seulement de cette manière que l’on peut espérer avoir une REELE et DURABLE influence sur son environnement.

En matière de « survie », ou de « survivalisme », on développe divers thèmes tels que ceux de la protection personnelle, du bushcraft, du secourisme, on cherche à user d’un matériel efficace et adapté à toutes sortes de circonstances, majoritairement celles de tous les jours, ce qui de fait permet d’être mieux préparé à d’autres qui seraient davantage exceptionnelles.

A quoi cet apprentissage amène ? A davantage d’Autonomie !  Et donc à davantage de maîtrise, de soi-même comme de son environnement…

Celui qui s’intéresse au domaine de la « survie (5) » n’aura pas systématiquement quelque chose à voir avec la Sorcellerie (6), cela ne l’empêchera pas pour autant de s’enrichir intérieurement énormément par le développement de ses connaissances et de ses compétences. Par contre, le Sorcier, quant à lui, cherchera toujours à développer son Autonomie. Car sans elle, point de maîtrise (1) …

Pour conclure, voici un petit reportage (profitons-en tant qu’il est encore sur youtube !) plein d’idées, d’exemples et de réflexions plus qu’intéressantes. Regardez et écoutez bien, on y parle d’Autonomie, de se prendre en main, de respect de la vie et de ce qui la constitue  (animés ou non), de revenir à la source, de partage et de renouer avec la Nature (et donc sa nature), de percevoir son enseignement et sa Magie (7)…



(1) A ceux choqués par les termes de soumission et de maîtrise, posez-vous une question : préférez-vous soumettre votre destin à votre volonté et devenir maître de celui-ci, ou que ce soient les aléas de la vie qui vous soumettent au gré d’un hypothétique « hasard » ? A chacun de prendre ses responsabilités et de faire son choix en son âme et conscience, mais quel qu’il soit, il faudra ensuite l’assumer jusqu’au bout !

(2) Est-il donc utile de préciser que la volonté à laquelle est soumis le destin ne pourra être que celle d’une personne cherchant à développer sagesse et ouverture d’esprit, et non celle d’un être qui serait l’esclave de ses instincts les plus inavouables ?? Soit dit en passant, il y a peu de risques que ce dernier puisse même soumettre la volonté d’un ver de terre, alors le destin…

(3) Le sujet est très vaste : apprendre à utiliser le contenu d’une trousse de soin (par exemple) et développer son bon sens (ça aussi, cela se cultive !) plutôt que de courir chez le médecin pour un simple rhume, apprendre à cuisiner plutôt que de dépendre des plats tous préparés sous cellophane, apprendre à se défendre (en réfléchissant un tantinet pour éviter les situations à risques, c’est déjà un bon début !), apprendre les gestes qui sauvent (merci la Croix-Rouge), etc.

(4) Autrement dit, celui qui développe ses compétences sur tous les plans, physique mais également émotionnel et mental.

(5) Beaucoup imaginent que sous ce terme se cachent uniquement les compétences martiales et les connaissances qui vont avec, la préparation de réserves et de « kits » à emporter en cas de catastrophes naturelles, de guerres, etc. Alors qu’il s’agit surtout de se responsabiliser, de développer sa lucidité et les compétences qui se révèlent utiles dans le quotidien, au niveau physique (je précise : soin, cuisine, bricolage… et pas seulement ce qui concerne le martial), émotionnel (l’empathie et le partage en font partie, si déjà rien que ces deux là étaient davantage sollicités…), mental (mémoire, maîtrise des pensées, capacité de visualisation…) et même spirituel (établissement d’un lien plus étroit avec la nature, pour ne citer que ça…) pour certains ! Bref, survie = autonomie, ce n’est pas pour rien si je préfère nommer cet discipline et art de la sorte…

(6) Oubliez la Sorcellerie des contes de bonnes femmes, qui n’est que charmes et potions magiques, car elle est avant tout l’utilisation d’absolument tout ce que met la Nature, dans le sens large du terme (donc également ses lois, comme la gravité, les cycles de vie etc.), à notre disposition pour approfondir toujours davantage la connaissance que l’on a d’elle, et donc de soi-même comme de tout ce qui existe, se rendre toujours davantage capable d’utiliser efficacement les outils qu’elle (la nature, la vie) met à notre disposition, et au final se rapprocher toujours plus d’elle et grandir la maîtrise de son destin pour mener sa vie tel qu’on la choisie plutôt que laisser cette dernière se faire balloter au gré de nos humeurs, de nos pulsions, de nos angoisses, de nos caprices... C’est en ce sens que je fait de la Sorcellerie un synonyme de « vie », une existence vécue à l’aide de tous les outils « naturels », et pas seulement les plus confortables et socialement acceptables !

(7) La Magie est, rappelons-le, la science et l’art qui enseigne les Lois Universelles, et donc Naturelles, comment elles fonctionnent et comment les utiliser.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire