lundi 3 septembre 2012

Histoire spagyrique : premier élixir végétal...


Car le monde onirique est d'une richesse insoupçonnée... 
Copyright Fabienne Bagnis - tous droits réservés

Récemment, j’ai parlé à un ami s’intéressant à l’alchimie de l’élaboration de mon premier élixir spagyrique, intervenu il y a près de dix ans.  Celui-ci m’a persuadée de partager cette expérience ici, et l’idée m’a semblé judicieuse… Voici donc…

Un peu avant l'an 2000, l’on m’offrit le livre de Viviane Le Moullec intitulé à l’époque « l’alchimie des plantes » (à présent il s’appelle « nos amies les plantes », paraît-il que le premier titre n’étant pas assez vendeur… qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre…). Un ouvrage que je ne peux que recommander aux amoureux de la nature et du végétal, aux amateurs de « la santé autrement », un ouvrage plein de mystique et d’amour pour la nature !

J’ai commencé à le lire et ne l’ai plus lâché... L’auteur débute par plusieurs témoignages, des expériences personnelles et celles d’autres personnes, des partages très émouvants et vibrants, de « cœur à cœur » pour ainsi dire.  Elle poursuit par une explication d'une certaine méthode de fabrication d’un élixir végétal, non pas avec un alambic, mais à l'aide de quelques ustensiles que tout le monde possède dans sa cuisine.  Autrement dit, cette méthode est tout à fait abordable, du point de vue matériel, par tout un chacun. Elle nous donne ensuite une liste de plantes et leurs vertus (brièvement concernant la phyto, axant son écrit davantage sur leurs actions « énergétiques »), et quelques manières d’utiliser ces élixirs.

Je ne vais pas ici d’écrire en long et en large la méthode de Viviane Le Moullec, ni ne rentrerai dans les détails de la mienne, qui s’y calque et inclut de plus des données et pratiques occultes.

Ici, je souhaite surtout partager l’approche qui fut la mienne, la mise en contact avec la plante concernée, afin de faire comprendre qu’il ne s’agit pas de consommation en matière de spagyrie, mais bel et bien de découverte et d’enseignement ! Ainsi, je m’attarderai surtout sur la phase de Préparation de l’élixir, phase qui me semble tellement importante, voire essentielle. Les autres phases de cette méthode sont la Dissolution, la Calcination, la Lavation, la Coagulation, le Mûrissement et l’Ouverture.

Donc, ma lecture terminée, j’avais pris la décision de faire mon premier élixir végétal.  Mais hors de question de piocher dans la liste de plantes la plus intéressante entre toutes (ce qui aurait été bien difficile, tellement elles sont toutes dignes d’intérêt…), je préférais de loin me mettre, par le biais de mes pratiques sorcières (méditations et invocations), au diapason de la nature et me rendre encore plus réceptive afin de permettre à la plante idoine de venir à moi.

Cette nuit là, je fis un rêve : revenue dans le parc jouxtant mon école primaire, je me voyais ramasser les fleurs tombées au sol des arbres qui s’y trouvaient.  Je demandai (à qui ? Mystère…) quelles étaient ses fleurs aux pétales blanches, délicates et diaphanes ?  Elles appartiennent au pommier, me dit-on ! Au réveil, je sus quelle plante m’avait choisie…

Mais on était en plein été, et les pommiers avaient, où qu’ils soient, troqués leurs jolies fleurs parfumées contre de généreuses pommes à la robe tantôt verte, tantôt rouge… Qu’à cela ne tienne, un élixir n’est pas un quelconque « jus » et mérite bien quelques mois de patience !  De longs mois, exactement ce qu’il faut pour méditer tout son saoul sur la quête entamée…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire