mardi 7 août 2012

Instaurer une bonne routine, mode d’emploi




Un lecteur de mon premier article sur le sujet m’a fait remarquer que le terme « routine » est pour beaucoup considérer comme quelque chose de péjoratif. Je précise donc que celui-ci n’est pas ici synonyme de monotone ni de machinal, mais de bonnes habitudes que l’on se forge et que l’on adapte (améliore) continuellement à soi, afin d’équilibrer son quotidien et le rendre davantage enrichissant point de vue évolution perso.  Et l’évolution perso, c’est la première étape pour participer effectivement à l’évolution au sens général…

Il y a des personnes qui, au lever, sautent du lit et se sentent tout de suite en pleine forme.  Ce n’est pas mon cas, je suis plutôt du soir et de la nuit… alors que le matin, je ferais fuir le plus affamés des zombies… Tête de mule que je suis, je n’accepte pas cet état de fait, et donc ai entrepris de le changer à force de volonté et de persévérance plutôt que le subir !

Depuis que je vis en (basse) montagne, j’ai pris l’habitude de me lever à vers 6h à 6h30 du matin (ça n’a l’air de rien comme ça, mais pour quelqu’un qui n’est pas matinal, c’est beaucoup !) et de me coucher avant minuit (pareil, avant c’était 2 ou 3 heures de matin, avec tous les inconvénients que cela comporte les jours de semaine où il faut se lever tôt pour aller bosser…).  Bien entendu, avec des hauts et des bas, les mauvaises habitudes ont la dent dure ! En stabilisant cet horaire en semaine comme le week-end, je suis parvenue à dégager une bonne heure pour faire un peu de gym, de pratiques occultes et me préparer pour la journée.

Mais mon emploi du temps était encore trop « bordélique », et je n’arrivais pas à placer tout ce que je voulais. Pire, j’avais toujours l’impression de me dépêcher, ce qui nuit à l’implication dans ce que l’on est en train de faire.  J’ai donc sans cesse révisé mes priorités, et les ai classées par ordre d’importance à mes yeux. Je le dis en quelques phrases, mais cela m’a pris des mois et de constantes remises en question, d’adaptations, d’essais, d’échecs, de frustrations, de réussites, d’efforts, de prises de tête, de nouvelles rectifications…

Au bout du compte, j’en suis venue au constat suivant : si je veux en faire plus le matin, il y a bien entendu la possibilité de se lever plus tôt, mais surtout d'avoir un sommeil réellement réparateur ! Pourquoi?  Car se lever à 5h ou 6h du matin mais piquer continuellement du nez, et au final se sentir physiquement vraiment mal (à force de répétition), cela ne sert pas à grand chose... 

Comment ai-je fais pour améliorer mon sommeil ? Voilà ce qui a fonctionné sur moi : manger léger le soir (soupe, salade, bol de riz...) mais en quantité suffisante pour ne pas me réveiller affamée en pleine nuit, réduire le pc et arrêter de pianoter sur mon clavier au moins une heure avant le coucher, histoire de « des-électrifier » mon p’tit cerveau perpétuellement tendu car sollicité par l’ami ordinateur toute la sainte journée…

A la base, j’ai un métabolisme de type lymphatique (par opposition à bilieux, sanguin et mélancolique).  Et ce type là aurait besoin de 10h de sommeil par nuit… En effet, il fut un temps où je m’y conformais, mais cela ne convenait malheureusement pas à mon moral qui lui faisait grise mine en voyant tout ce précieux temps passer sous la couette… et vaincre la fatigue avec un moral dans les chaussettes n’est vraiment pas chose aisée… Au fur à mesure, je suis donc passée à 9h de sommeil, puis 8h, puis 7h… en veillant toujours bien à ma santé, évidemment.

A présent, je consacre en moyenne 6h30 de repos par nuit et cela me convient bien, comme quoi rien ne sert de rester coincé dans les stéréotypes, pour peu que l’on allie bon sens et lucidité (en regard de sa santé, de ses priorités et objectifs), motivation et volonté ! Cela signifie également que, lorsque je suis très fatiguée ou malade, je reviens à 8h de sommeil le temps de me retaper, et adapte mon planning en conséquence (sachant qu’il s’étale sur la journée entière et non pas seulement sur la matinée).

Ma priorité étant la pratique occulte, j’y consacre la majorité de ma matinée. Lorsque je me lève très tôt (5h par exemple), je sais que je devrai batailler contre le sommeil tentant de m’envahir. Donc je commence par des exercices physiques énergiques (muscu, cardio…) que je fais suivre par une douche froide de quelques secondes pour me dynamiser. Et la motivation fait le reste! Autour de cet essentiel, se greffe mes autres activités matinales : toilette, petit-déjeuner…

Un « truc » piqué aux méditants indiens contre les risques d’endormissement durant la pratique, mais adapté à ma sauce : à côté de moi, un hydrolat (eau florale) bien froid sorti du frigo, et dès que je sens le sommeil m'envahir, je m’en pulvérise sur le visage pour me redonner un p’tit coup de peps ! En Inde, on utilise de la même manière une bassine d’eau froide dans laquelle on se plonge le visage. En choisissant pour ma part un hydrolat, je bénéficie du même coup des vertus de la Matricaire, de la Rose, de la Lavande, du Tilleul, ou autre, selon l’humeur. Ma foi, on est Sorcière ès plantes ou on ne l’est pas...

Ceci-dit, n’oublions jamais que la clé de la réussite (donc dans la durée) reposera invariablement sur la motivation et la lucidité, et donc l’établissement d’un objectif réaliste et réalisable... bref, une routine efficace devra toujours correspondre intimement à celui qui la met en pratique!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire