lundi 16 juillet 2012

La ferme du Petit Mont


Bellevaux, Haute-Savoie - tous droits réservés

Je n’ai pas fait une croix sur mon idée de posséder, à long terme, une petite ferme en rase campagne, avec jardin médicinal, potager (et verger, soyons fou !), quelques chèvres et quelques poules, entre autres animaux… Mais cela demande de la préparation à bien des niveaux, et pour ce faire je cherche systématiquement à rencontrer des personnes habilitées à m’enseigner, d’une manière ou d’une autre, l’art du « do it yourself » afin de développer mon autonomie sur tous les plans.

Ainsi, au fil des années, en plus de mon cheminement autodidacte, j’ai suivi, et pour certaines matières suit toujours (car on n’a jamais fini d’apprendre, quelque soit notre niveau de connaissance !) des formations herboristes et de cosmétiques naturelles, des sessions de cuisine sauvage (c’est-à-dire des plantes sauvages), des stages de survie, d’arts-martiaux et de secourisme, j’ai participé à de nombreuses sorties naturalistes (botanique, mycologie, entomologie, ornithologie, géologie, etc.)…

Maintenant que me voici sur la blogosphère, je souhaite partager mes découvertes avec vous… Je commence donc cette série par l’une de mes rencontres de la semaine dernière : La ferme du Petit-Mont.

la ferme du Petit Mont - tous droits réservés

A Bellevaux (Haute-Savoie), Rebecca et Jean-Yves, vous présentent leur élevage (de chèvres principalement) et la fabrication artisanale de fromage.  Ils s’adressent tant aux enfants (ferme pédagogique) qu’aux étudiants en agronomie et adultes désireux d’en apprendre davantage sur le développement durable, l’art de l’élevage, de l’agriculture, de la fabrication de préparations à base de lait ou de plantes…

 Quelques pensionnaires de la ferme... - tous droits réservés

J’ai découvert des personnes fort sympathiques et terriblement passionnées, ai goûté au savoureux lait de chèvre à même le pis de l’une d’entre-elles, ai appris que le fromage n’est pas aussi compliqué à fabriquer que ce que j’imaginais (même s’il nécessite patience et savoir-faire), et que derrière celui que l’on achète en grande surface se cache quelque chose qui y ressemble mais que l’on ne peut dignement nommer fromage…

Saviez-vous que le fromage « crémeux » ou « coulant » l’est parce qu’il contient beaucoup plus d’eau (le fameux petit-lait) que les fromages à pâte dure, quant à eux bien plus gras ? Ou que c’est le cuivre des marmites qui donnent leur goût caractéristique à certains fromages, et que non, ce métal n’est pas nocif si utilisé dans les conditions ad hoc d’hygiène et d’entretien du matériel ? Ou encore que les planches en bois que l’on utilise en cuisine (et en fabrication du fromage) gagnent à être séchées au clair de lune ?  Non, aucune sorcellerie là-dedans (un comble pour une sorcière !), celle-ci à une action sur ce que l’on expose à sa « lumière », il suffit de regarder du côté de la marée pour le constater, entre autre chose…

L'atelier du fromage, animé avec tant de passion par Rebecca que celle-ci ne peut que vous la transmettre! - tous droits réservés

Je terminerai en vous invitant à goûter à leur fromage frais de chèvre à l’ail des ours (et bien oui, il fallait bien que je parle de plantes !), délicieux à souhait...

Quand je vous disais que j'y ai goûté... la preuve en image! - tous droits réservés

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Mais que ça donne envie... Je rêve de faire tout cela :)
    Et de boire le lait aux pis ! <3
    Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en t'enjoins à tester, le lait au pis c'est... mmmh, tiède et tellement doux... de plus, on se sent à ce moment bien plus proche de l'animal, un autre lien se créé, plus authentique, plus simple...

      Supprimer