vendredi 9 décembre 2016

Universalité vs syncrétisme




Il y a quelques temps, l'un de mes lecteurs m'a avoué avoir parfois un peu de mal à me suivre, car je parle ici de voies semblant au néophyte différentes, voire peut-être même opposées. Bien que je ne donne pas de teinte particulière à la sorcellerie, elle garde pour beaucoup une connotation occidentale, la spagyrie une dimension plus scientifique, quant au tantra tout droit venu des régions de l'Indus, Le tao de la Chine, et le runelore clairement de tradition nordique... Au final, on s'y perd! Ferais-je donc du syncrétisme ?

Le syncrétisme


Mais qu'est ce que le syncrétisme ? Il s'agit, dans l'acceptation religieuse, d'une tentative plus ou moins harmonieuse de synthèse de plusieurs doctrines en une. En gros, de mixer plusieurs religions pour en faire une nouvelle. En philosophie, on parlera de confusion, de rencontre fortuite d'idées, et en psychologie, de stade primitif de la vision enfantine caractérisé par une appréhension globale, indifférenciée, du monde extérieur et de ses relations avec lui.

Bref, ce qu'on retient surtout de ces définitions, c'est la confusion, "l'à peu près", le mixage hasardeux qui s'en dégagent. Et les "nouvelles religions" et autres nombreuses voies pseudo-spirituelles poussant comme des champignons ces dernières décennies n'arrangent pas les choses avec leurs doctrines bancales. Ah, le mal-être généralisé de l'homme contemporain est autant une source inépuisable de tentatives molles de s'en sortir que la poule aux oeufs d'or des petits malins qui font leur beurre dessus !

En résumé, on peut à présent dire que ce qui caractérise le syncrétisme, c'est la superficialité. Dans le domaine religio-spirituel, il illustre cette tendance à prendre dans divers courants ce qui nous plaît le plus pour en faire un nouveau, sans recherche de la raison ni de la compréhension des fondements de chaque source, et en occultant plus ou moins tout ce qui sort de notre intérêt, pire, en le niant ou en lui donnant une nouvelle signification, souvent plus absurde qu'autre chose. Le new-age dans toute sa splendeur !

Ceci étant-dit, nuançons tout de même : le new-age peut avoir un impact tout à fait positif sur l'évolution de beaucoup de personnes et leur faire un grand bien, il n'est pas toujours à voir comme un méchant diable. Simplement, le mieux-être qu'il apportera ne pourra être que limité et fugace, et pour peu que vous tentiez d'élargir votre connaissance et compréhension de la vie, il risque fort de vous laisser un goût d'amère frustration.

L'universalité


Ici nous sommes dans tout autre chose, et bien loin du syncrétisme justement. Il ne s'agit plus de picorer les meilleurs morceaux dans chaque tradition, religion et courant ésotérique, mais bien de remonter à la source qui les a toutes fait naître. Et quelle est cette source ? La Connaissance !

On ne parle pas ici d'intellect, mais d'état d'esprit et d'être. La Connaissance, avec la majuscule, la Gnose comme j'aime l'appeler, qui apporte puissance et sagesse, et qui rime avec maîtrise. L'exact opposé de l'ignorance, sur laquelle s'appuie les caprices et la consommation aveugle, la superficialité et l'orgueil du prétentieux qui prétend tout savoir, mais qui ne sait rien. La Connaissance, c'est la Conscience.

Cette Connaissance là ne s'apprend pas derrière les bancs de l'école, dans les livres ou lors de séminaires, quel que soit le prix qu'ils vous coûtent et ce même si on vous délivre un joli diplôme tamponné. La Connaissance s'acquière par un travail dur, long et laborieux sur soi. Qui se fait rarement en solitaire, du moins plus arrivé à un certain niveau, car sans point de repère, on a tôt fait de se perdre. D'où le célèbre adage "quand l'élève est prêt, le maître arrive". Parce que tout se mérite. Et parce que la vie est bien faite.

Et lorsque l'on touche enfin à cette Connaissance (sachant que le chemin n'a pas de fin, et que l'on apprend constamment, heureusement!), on commence à comprendre la raison d'être des choses, ce qui les lie et leur fonctionnement, les mécanismes et les systèmes analogiques qui se cachent derrière et font que la machine tourne. Et que vous pouvez enfin utiliser en connaissance de cause (pour le coup) et avec pleine efficience.

Dès lors, plus aucune religion, tradition et courant ésotérique n'a de secret pour vous. Vous n'êtes plus dans la superstition ni la bigoterie, mais dans la Connaissance. Le ou les dieux ne sont plus des "personnages" coincés dans un panthéon bien déterminé, mais des représentations de la puissance universelle/cosmique (la nature, la vie et la mort, le karma, etc.) et de ses spécificités (après, certaines entités peuvent les représenter, mais ça, c'est une autre sujet), que vous êtes désormais à même d'utiliser en vous y "branchant". Non pas en la contraignant (ce qui serait peine perdue) mais en vous unissant a elle. Et surtout, surtout, vous n'en êtes plus la brebis aveugle et bêtement soumise, effrayée ou fanatique guidée par son ignorance !

La où le bigot s'enferme dans ses croyances (croire n'est pas savoir, les croyances ont encore une bonne part d'ignorance...), là où le syncrétique s'éparpille et finalement stagne tout autant, l'universel est à même de voir l'envers du décor et d'en retirer la substantifique moëlle.

Car la seule vraie « religion » est celle de la Nature. Non, je ne parle pas des forêts et des rivières, mais des Lois qui régissent toute existence, les cycles de vie, le principe d'évolution. Et toutes les autres naissent en son sein.

J'abhorre le syncrétisme, je célèbre l'universalité. Y prétendez-vous également ? Alors, au boulot !